La réduction des dépenses publiques, la baisse drastique du budget de la défense amènent les autorités nationales à envisager la fermeture de l’Hôpital Militaire Robert Picqué dans un délai de 3 ans.

Pourtant cet établissement, dans lequel des investissements important ont été réalisés (service d’urgence) récemment, est loin de ne soigner que des militaires. Depuis de nombreuses années, il accueille comme « pole hospitalier de proximité » les habitants de l’ensemble des communes du secteur sud de l’agglomération bordelaise.

La qualité des soins, celle des soignants, celle de l’équipement (laboratoire, imagerie, terrains disponible, vaste parking …) est unanimement reconnue.

Le rapprochement entre l’hôpital Robert Picqué et l’hôpital Bagatelle situé à quelques centaines de mètres sur la commune de Talence devait permettre d’améliorer notablement l’offre de santé sur notre secteur, d’avoir un accueil permanent pour les urgences et une complémentarité essentielle entre les deux établissements qui ne pratiquent pas de dépassement d’honoraires et sont donc accessibles à tous.

L’abandon de ce rapprochement et la fermeture de l’hôpital Robert Picqué seraient catastrophiques, la perte d’emploi considérable. L’hôpital Robert Picqué emploi aujourd’hui 800 personnes et envisage de passer à 380 postes en 2018.

La volonté de baisse des dépenses publiques ne peut à elle seule justifier l’abandon pure et simple d’un service public de santé.

Il faut réagir, il faut se battre contre cette fermeture annoncée.

Les élus des 3 communes concernées ont fait connaître leur opposition à cette fermeture mais rien ne se fera sans une forte mobilisation des habitants des communes de Villenave d’Ornon, Bègles, Talence, et des autres communes voisines.

Un « Comité pour le Maintien d’un Pôle de Santé Publique sur le Sud de l’Agglomération Bordelaise » vient d’être crée, une pétition sera lancée dans les prochaines semaines.

D’autres actions seront proposées.

L’avenir de la santé publique sur notre territoire, la prise en charge des soins, la proximité nécessaire est un enjeu majeur pour les prochaines années. Tout doit être fait pour sauver cet équipement public là où il est, conforter l’hôpital Bagatelle et éviter l’engorgement des autres pôles hospitaliers de l’agglomération.

Nous appelons tous nos concitoyens à ne pas se résigner et à rejoindre le « Comité pour le Maintien d’un Pole de Santé Publique sur le Sud de l’Agglomération » pour participer à ses actions.

Tribune de Patrick BOUILLOT, Alain MICHIELS et Michèle JEAN-MARIE parue dans le numéro   » été 2015  » du bulletin municipal de Villenave d’ornon, VO-Mag