banniere

6 juin 2014 : Villenave-d’Ornon : les agents civils de l’hôpital Robert-Picqué manifestentUne intersyndicale (CFDT, CGT, FO, UNSA) manifeste actuellement à l’hôpital des armées Robert-Picqué, elle dénonce ce qu’elle appelle « une trahison ». Selon elle, l’hôpital Robert-Picqué à Villenave-d’Ornon ne sera plus un établissement relevant du ministère de la Défense. A la place, il deviendra un ESPIC, soit un Etablissement de santé privé d’intérêt collectif, qui fusionnerait avec la fondation protestante Bagatelle à Talence. Lire la suite sur Sud Ouest

27 juin 2014 : Hôpital Robert-Picqué : les agents civils ont manifesté en silence. Ils se regardent. Les militaires d’un côté, mâchoires serrées dans leur uniforme. De l’autre, les civils. En uniforme eux aussi. Habillés de noir, ils ont glissé un masque blanc doté d’un point d’interrogation sur leur visage. Jeudi à 15 heures, la cérémonie militaire pour le départ du médecin général de l’hôpital Robert-Picqué, Philippe Barbrel, remplacé par Fabrice Moncade, a tourné à la soupe au vinaigre. Le son du clairon avait des accents lugubres, en plus on entendait les corbeaux. Lire la suite sur Sud Ouest…

9 avril 2015 : Villenave-d’Ornon (33)  : les personnels civils en grève pour défendre l’hôpital Robert-Picqué. Ce jeudi matin, à  8 h 30, des personnels civils de l’hôpital d’instruction des armées Robert-Picqué, à Villenave-d’Ornon, étaient en grève devant l’établissement, à l’appel de la CGT et de FO. Ils redoutent que la restructuration en cours du service de santé des armées, qui se déroule jusqu’en 2020, conduise à des suppressions de postes sur le site de Robert-Picqué qui est amené à fusionner avec Bagatelle, l’hôpital protestant voisin. Lire la suite sur Sud Ouest…

15 avril 2015 : Bordeaux  : toujours l’incertitude pour l’avenir de l’hôpital Robert-Picqué. Certains poncifs ont la vie dure. La grande muette, par exemple, porte magistralement son nom, à l’heure où se questionnent les salariés de l’hôpital militaire Robert-Picqué de Villenave-d’Ornon. L’armée ne dit mot. « Nous savons depuis plus d’un an, que sur les neuf hôpitaux militaires de France, seuls cinq vont être maintenus avec des missions complètes, dites plateforme, dixit la loi de programmation militaire qui espère faire des économies, annonce Frédéric Fourteau, délégué régional pour la zone de défense Sud-Ouest. Robert-Picqué ne sera plus hôpital militaire plateforme en 2019. C’est tout. On ne sait rien de plus. » Lire la suite sur Sud Ouest…

30 août 2015 : La Mutuelle Mutami prend fait et cause pour l’hôpital public Robert-Picqué à Bordeaux. Le projet de fusion avec l’hôpital privé Bagatelle, initié par l’agence régionale de santé, fait peser une menace sur le devenir de cet établissement et sur son offre de soins. La population et le personnel de santé s’inquiètent de possibles dépassements d’honoraires, suppressions de postes et de lits. Lire la suite sur VIVA MAGAZINE…

13 juin 2016 : Notre mutuelle Mutami appelle à participer à la manifestation organisée par « le Comité Robert Picqué pour la défense et le développement de l’Hôpital public », le jeudi 16 juin à 18 heures, pour protester contre le projet de démantèlement de l’hôpital militaire Robert Picqué situé à Villenave d’Ornon et la mise en oeuvre du projet BAHIA proposé par l’ARS. Lire la suite…

15 avril 2017 : Bordeaux Métropole s’est-elle désavouée à propos de la fusion Robert-Picqué/Bagatelle ? Le destin de l’hôpital d’instruction des armées (HIA) Robert-Picqué et de la maison de santé protestante (MSP) Bagatelle est scellé. Les deux établissement vont se réunir dans le projet Bahia (Bagatelle-HIA). L’accord définitif a été signé en décembre dernier. Bien qu’il s’agisse d’un établissement militaire, Robert-Picqué accueillait déjà majoritairement des civils, rappelle Alain Juppé en conseil de Bordeaux Métropole ce vendredi. La deuxième structure hospitalière de Bordeaux (après le CHU) reçoit 30000 patients aux urgences chaque année. Lire la suite sur Rue 89…

26 juin 2017 : La fusion entre les hôpitaux Picqué et Bagatelle met le feu. Plus de 200 personnes ont participé, à Talence, à la réunion publique sur la fusion des hôpitaux. Le voile est levé sur le projet Bahia. Un dialogue de sourds. Inaudible. D’une part, les protagonistes de l’hôpital militaire Robert-Picqué et de la Fondation Bagatelle, de l’autre une horde de citoyens, persuadée qu’on leur ment. La fusion Bahia qui signe le partenariat entre Robert-Picqué et Bagatelle est actée. Jeudi soir, dans la salle Mauriac de la mairie de Talence, la réunion publique a été le théâtre de l’impossible échange. Trop d’émotions. De la colère sans doute, de la peur aussi de voir disparaître un hôpital public qui semblait indéboulonnable, et même de la tristesse. Lire la site de l’article de Sud Ouest…

12 janvier 2017 : Un comité d’usagers lance Riho face à Bahia. Riho dénonce le transfert de Robert-Picqué vers Bagatelle « dans le quasi secret de l’administration, sans aucune consultation de la population concernée. » Lire la suite de l’article de Sud-Ouest…